Toxicité de l'uranium chez les poissons

Résumé de l'article publié dans Fish Physiology Volume 31b: Homeostasis and Toxicology of non-essential metals
8 août 2011

Préparé par :
Richard R. Goulet
Commission canadienne de sûreté nucléaire

Résumé

Les poissons absorbent habituellement l'uranium (c'est-à-dire l'ion uranyl libre (UO22+)) par les branchies. Cependant, la diète ou les sédiments peuvent aussi être une source importante d'uranium, tout dépendant du mode d'alimentation des poissons. L'uranium s'accumule principalement dans les os, le foie et les reins. La toxicité de l'uranium est relativement faible comparativement à de nombreux autres métaux et diminue encore davantage lorsqu'il y a dans l'eau un niveau de pH élevé, du calcium, des carbonates, des phosphates et de la matière organique dissoute. Contrairement aux croyances populaires, le rayonnement alpha provenant de l'uranium 238 est moins préoccupant pour les poissons que ses effets chimiques. En effet, durant la vie d'un poisson, l'uranium peut limiter l'accumulation du calcium ou, lorsqu'il est ingéré en quantité suffisante, nuire aux fonctions rénales.

Pour obtenir une copie du document relatif au résumé, communiquez avec la CCSN. Veuillez fournir le titre et la date du résumé.

Dernière mise à jour :